Toi, moi & la religion…

Quel sujet épineux ! et je ne pensais pas avoir à l’aborder étant convaincue de l’ouverture d’esprit de ma paroisse. Oui mais voilà, ma soeur, mon frère ont eu la chance de tomber sur des prêtres vraiment top, très ouvert d’esprit pour leur mariage. Nous c’est déjà moins bien partis.

Au début je me faisais une joie de cette préparation religieuse. Oui, j’ai fait étant petite mon baptème, mon cathé, mes communions et même si aujourd’hui tout ceci me parait bien flou j’ai malgré tout gardé au fond de moi une petite flamme, et le mariage à l’église était pour moi inévitable. Et pour la famille pour qui s’était aussi important.

Pour mon chéri c’était différent. Il était baptisé certes, mais la religion n’était pour lui qu’un concept lointain auquel il n’adhérait pas du tout. Mais par contre lui aussi souhaitait se marier à l’église.

Pour moi, j’avais fait le plus gros, on était d’accord pour se marier tous les 2 à l’église. Bien sûr il faut s’y préparer et malgré une invitation inquiétante (6h de réunion avec d’autres couples) nous avions passé une très bonne soirée. Se recentrant sur les choses essentielles du mariage, à savoir Lui & Moi ! Hop on avait oublié le plan de table, les invitations, le budget, les désaccords…

Puis les réunions individuelles ont commencé. La première s’était très bien passée. Le prêtre voulait nous connaitre un peu plus, connaitre nos parcours, nos passions. Et j’ai une fois de plus trouvé ça très chouette. Je n’ai pas vu les 2h passer…

Malheureusement ça n’a pas duré….Dernière réunion la semaine dernière où nous avons parlé de notre foi. Bien sûr je le savais que nous allions aborder ce sujet. Je pensais être à l’abri de toutes remarques, ayant averti au préalable le prêtre que je n’étais absolument pas pratiquante (qui d’ailleurs m’avait rassuré en me disant que si de toutes manières il ne mariait que des couples pratiquants il ne marierait personne) ouf ! Et bien non. Au lieu de cela, j’ai eu un homme en face de moi qui a cherché à me tourner la tête, comme si j’étais une gamine en faute. Pourquoi avez vous tout arrêté après votre communion ? Pourquoi ne savez vous pas où en etes vous dans votre foi ? Pourquoi vous mariez-vous à l’église ?….

Et là, ba la petite coquille s’est refermée, presque envie de pleurer. Mais pourquoi ? moi j’ai envie de me marier à l’église car je crois en union plus forte, marquée de symbolisme, et devant une assemblée, et pour moi, tout ceci ne pouvait se faire qu’à l’église.

Après est venu le tour de mon Chéri….bon ba pas de surprise : « avez-vous fait du cathé « Non « pourquoi » parce que mes parents ne sont pas croyants  « et bien pourquoi êtes-vous baptisé »  et bien vous leur demanderez !!

Au final, le rdv s’est conclu par : melle vous avez 3 mois pour revenir dans le droit chemin, et monsieur et bien en gros vous n’allez pas servir à grand chose pendant la cérémonie puisque ce ne sera que du semblant pour vous….

Quelle déception !!

Moi qui avais de si bons souvenirs de mon enfance quand j’allais à l’église, quand je faisais du cathé, etc. D’un coup, l’église m’a déçu.

Malgré tout je me dis qu’il ne me gâchera pas mes deux moments qui pour moi sont les plus importants : l’entrée avec mon papa et l’échange des consentements.

Pour le reste, je serai ce jour là tellement zen et tellement amoureuse (les autres jours aussi mais bon vous voyez ce que je veux dire)  qu’il n’arrivera pas à atteindre ce joli jour. Même si je reste un peu déçue….

Publicités

2 réflexions sur “Toi, moi & la religion…

  1. Pour le coup je ne suis pas d’accord avec le commentaire précédent, même si il y a façon et façon de demander les choses, le prêtre est en phase avec ce qu’on attend de lui. Préparer deux catholiques à partager le reste de leur vie ensemble, élever leurs enfants dans la foi et transmettre les valeurs de cette même foi.

    Si c’est un lointain souvenir chez l’une et un « pour semblant » chez l’autre, effectivement qu’il interpelle le couple qu’il s’apprête à unir me parait normal.

    Le fait que les églises se vident n’a rien à voir avec lui en particulier, mais plutôt en l’absence de « croyance » en général.

    Oui c’est un engagement à très très long terme de s’unir devant Dieu. Oui il faut aussi éprouver sa foi, l’expliquer, la justifier pendant cette préparation, parce qu’elle ne manquera pas de l’être pendant le mariage.

    Cette préparation est là pour que chacun des conjoints se conforte dans la réalité sur laquelle il s’apprête à s’engager, et dans ce cas précis c’est sa foi, sa croyance, son appartenance à une communauté religieuse (et ce quelque soit la religion).

    Après, et je le conseille, on peut aussi parfaitement remettre le mariage catholique à plus tard, organiser un échange de voeux de manière « laïque » et prendre le temps qu’il faut pour se marier devant sa communauté religieuse. Parce que non 3 mois pour rentrer dans le droit chemin ne seront pas suffisant. Echanger des voeux de mariage peut se passer de témoins endimanchés, de robe, de fleurs. On peut réserver la fête, l’enthousiasme de l’échange civil, le mariage, ce début de la famille « laïque » à une journée particulière, et se garder toute l’intimité nécessaire à un sacrement de mariage qui n’est pas encore solidement ancré chez l’un ou l’autre. Ca ne changera rien à la volonté de vivre son couple dans la foi, ça ne changera rien à la grandeur et à la sincérité des sentiments. On peut aussi parfois prendre le temps que les choses se fassent à leur rythme, en dehors des conventions, si les conventions coincent aux entournures.

    Pratiquer ne garanti pas plus de sincérité chez certains couple, mais ne pas pratiquer et remettre à plus tard, avec d’autres discussions, un peu plus de préparation rend sûrement un mariage plus solide (je parle de solidité dans la religion). On peut être catholique et ne pas mettre régulièrement les pieds dans une église, on peut être catholique et n’aller à la messe que 3 fois dans sa vie, on peut être catholique et vouloir réfléchir à son mariage.

    Mais on ne peut pas se marier à l’église si on n’a pas envie de transmettre sa foi et sa religion à sa famille. De quelques manière que se passe cette transmission. Fonder une famille catholique c’est se conformer à certaines règles, accepter certaines choses que la vie nous réserve, les vivre et les offrir. Et le sacrement du mariage implique qu’on y réfléchisse toute foi dehors.

    Il ne l’a pas dit de la bonne manière, ce prêtre, mais il n’a pas tort sur le fond.

    Ca me désole vraiment de voir qu’il vous a autant secoué, alors qu’il y avait tant de moyens de vous amener l’un et l’autre à penser à ce beau moment.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s